Chargement...

Un modèle d’IA dévoile les différences d’activité cérébrale basées sur le sexe

Dans cet article :

  • Les chercheurs de Stanford Medicine ont développé un modèle d’IA qui dent avec précision les différences basées sur le sexe dans les scanners cérébraux dans plus de 90 % du temps.
  • L’étude met en valeur l’importance de comprendre les différences entre les sexes dans le cerveau pour traiter les troubles neuropsychiatriques.
  • Les découvertes et les modèles prédictifs de l'IA ouvrent de nouvelles voies pour la médecine personnalisée et la recherche sur les capacités et les troubles cognitifs.

Selon une étude de Stanford Medicine, des chercheurs ont développé un modèle d'intelligence artificielle (IA) capable de distinguer les scanners cérébraux masculins et féminins avec une précision de plus de 90 %. Cette innovation met non seulement en lumière le débat de longue date sur l’existence de différences entre les sexes dans le cerveau humain, mais souligne également l’importance de ces différences dans la compréhension des affections neuropsychiatriques qui affectent de manière disproportionnée les hommes et les femmes.

Révéler les différences cérébrales grâce à l’IA avancée

L'étude, qui sera bientôt publiée dans les Actes de la National Academy of Sciences, marque une avancée significative dans le domaine des neurosciences. L’équipe de recherche a conçu un réseau neuronal profond capable d’analyser les examens IRM dynamiques en exploitant les progrès récents de la technologie de l’IA et en exploitant de vastes ensembles de données. Ce modèle dent habilement les schémas subtils de l'activité cérébrale, qui varient selon les sexes, atteignant une précision dent précédent dans ses classifications.

La capacité de cette IA à différencier les cerveaux masculins et féminins avec des taux de réussite aussi élevés suggère que des différences détectables entre les sexes dans la structure et la fonction cérébrale existent malgré l'incapacité des études précédentes à les identifier dent cohérente. La recherche a été menée sous la direction de Vinod Menon, PhD, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement, avec des contributions significatives du chercheur principal Srikanth Ryali, PhD, et du chercheur universitaire Yuan Zhang, PhD.

Implications et applications des résultats

Les résultats de l’étude vont au-delà de la simple distinction entre les cerveaux masculins et féminins ; ils ouvrent la voie à une compréhension plus approfondie de la manière dont les différences entre les sexes peuvent influencer les capacités cognitives et les résultats comportementaux. En appliquant une « IA explicable », les chercheurs ont pu identifier des réseaux cérébraux spécifiques, tels que le réseau en mode par défaut, le striatum et le système limbique, qui ont joué un rôle déterminant dans le processus décisionnel de l'IA.

De plus, l’équipe s’est aventurée dans la modélisation prédictive, en développant des modèles spécifiques au sexe qui pourraient anticiper les performances cognitives des participants sur la base de leurs scanners cérébraux. Ces modèles ont connu un succès remarquable, indiquant que les différences fonctionnelles dans l'activité cérébrale entre les sexes ont des implications tangibles sur le comportement et les capacités cognitives.

Cette découverte est cruciale pour l’avenir de la recherche et du traitement médicaux, en particulier pour traiter les troubles neuropsychiatriques présentant une prévalence ou des symptômes spécifiques au sexe. En reconnaissant et en comprenant ces différences, les professionnels de la santé peuvent adapter les interventions et les traitements plus efficacement, ce qui pourrait potentiellement conduire à de meilleurs résultats pour les patients.

Un nouvel horizon pour la recherche en neurosciences

Les implications de cette étude s’étendent bien au-delà des résultats immédiats. Vinod Menon et son équipe prévoient de rendre leur modèle d'IA accessible au public, offrant ainsi un outil précieux aux chercheurs du monde entier pour explorer divers aspects de la connectivité cérébrale et son impact sur les fonctions et comportements cognitifs. Cette démarche devrait catalyser de nouvelles recherches dans le domaine, avec des applications potentielles allant des troubles d'apprentissage aux différences de fonctionnement social.

L’étude de Stanford Medicine représente une réalisation historique dans le domaine des neurosciences, fournissant des preuves solides des différences d’activité cérébrale basées sur le sexe et ouvrant de nouvelles voies pour la médecine personnalisée. En intégrant des modèles d'IA avancés aux neurosciences , les chercheurs se rapprochent de la compréhension de l'interaction complexe entre la structure cérébrale, la fonction et les différences individuelles pour améliorer la santé et le bien-être humains.

Clause de non-responsabilité. Les informations fournies ne sont pas des conseils commerciaux. Cryptopolitan.com décline toute responsabilité pour les investissements effectués sur la base des informations fournies sur cette page. Nous tron vivement dent recherches indépendantes et/ou de consulter un professionnel qualifié avant de prendre toute décision d'investissement.

Lien de partage:

Les plus lus

Chargement des articles les plus lus...

Restez au courant de l'actualité crypto, recevez des mises à jour quotidiennes dans votre boîte de réception

Nouvelles connexes

Apple ne paie pas OpenAI pour l'intégration de ChatGPT dans iOS18
cryptopolite
Abonnez-vous à CryptoPolitan