Chargement...

Aller hors chaîne pour dynamiser les échanges d'actifs entre les bourses

turbocompresseur

Les plus lus

Chargement des messages les plus prêts..

Chaque blockchain a un problème d’évolutivité, car elle lutte sous le poids de charges de travail accrues à mesure que sa base d’utilisateurs augmente. Lorsque nous parlons d'évolutivité, nous faisons référence à la capacité de la blockchain à traiter un volume élevé de transactions à une vitesse raisonnable.

Les blockchains doivent trouver un moyen d’atteindre une grande évolutivité si les crypto-monnaies veulent un jour devenir courantes. Sinon, nous arriverons à un point où ils ne pourront plus traiter à temps les transactions de tout le monde. S’ils ne peuvent pas le faire, les utilisateurs rejetteront les blockchains et continueront à utiliser les mécanismes de paiement traditionnels.  

Jusqu’à présent, les blockchains se sont révélées inadéquates. Bitcoin , la crypto-monnaie la plus célèbre au monde, est bien connu pour traiter les transactions à une vitesse d'escargot, avec son évolutivité limitée à 7 misérables transactions par seconde. Ethereum ne fait pas beaucoup mieux, avec son taux de 20 TPS. Comparez cela à Visa, qui peut traiter la somme énorme de 24 000 TPS, et il est clair que les blockchains ont un problème majeur.

Pourquoi les blockchains ne peuvent-elles pas évoluer ?

Un certain nombre de facteurs déterminent l' évolutivité des blockchains . Le principal est leur débit, qui mesure le nombre d’actions qu’ils peuvent effectuer sur une certaine période de temps. Dans le cas des blockchains, le débit des transactions est lié à la vitesse à laquelle elles peuvent valider et ajouter des transactions.

Parallèlement, le réseau blockchain lui-même a un impact sur l’évolutivité. Les blockchains sont des réseaux décentralisés composés de centaines, voire de milliers de nœuds individuels, et chaque transaction extraite doit être diffusée vers les autres. Cela nécessite beaucoup de temps et de ressources et entraîne souvent des retards dans la confirmation des blocs et, par conséquent, une congestion du réseau.  

Un autre problème concerne la capacité. Les blockchains sont un registre qui enregistre chaque transaction effectuée, et plus elles se développent, plus elles stockent de données. Plus ces données augmentent, plus les ressources de stockage requises par chaque nœud sont importantes. En tant que tel, ce n’est pas seulement le débit qui détermine l’évolutivité de la blockchain. Par exemple, si nous devions accélérer le débit de Bitcoin à 1 000 TPS, il ne pourrait toujours pas évoluer en raison du temps nécessaire pour confirmer chaque bloc.  

Il faut également mentionner le vieux « trilemme de la blockchain », qui fait référence au fait que les blockchains ne peuvent pas réaliser à la fois décentralisation, sécurité et évolutivité. L’architecture des blockchains fait qu’il faut toujours en sacrifier une pour réaliser les deux autres. En effet, les blockchains sont des réseaux peer-to-peer. Nous avons déjà mentionné qu'une augmentation du nombre de nœuds a un impact négatif sur l'évolutivité. Mais si nous réduisons le nombre de nœuds, cela se traduit par un réseau plus centralisé et intrinsèquement moins sécurisé. Parce que la décentralisation et la sécurité sont essentielles à la croyance dans le Web3, c'est généralement toujours l'évolutivité qui est sacrifiée.  

Mise à l'échelle des transactions hors chaîne

De nombreuses solutions de mise à l'échelle ont été proposées et mises en œuvre pour aider les blockchains à atteindre l'échelle nécessaire à une adoption plus large, et bon nombre des idées les plus prometteuses impliquent le traitement des transactions hors chaîne afin de réduire la congestion du réseau. 

Beaucoup de ces solutions de mise à l'échelle de couche 2 fonctionnent très bien pour les utilisateurs individuels et les applications décentralisées, mais elles peuvent être complexes à mettre en œuvre dans le monde du trading de crypto, où de nombreuses plateformes d'échange nécessitent un moyen de traiter des transactions à volume élevé entre elles à des vitesses quasi instantanées. 

Pour résoudre le problème de l'échange d'actifs entre chaînes entre les bourses, une solution plus avancée est nécessaire et pour cela, nous pouvons nous tourner vers le réseau Layer-3 Yellow .

Yellow a créé une superposition de réseau inter-chaînes et peer-to-peer qui peut faciliter les transactions entre plusieurs parties à la fois en regroupant les liquidités disponibles auprès de nombreux réseaux et participants différents. Il agit comme une sorte de centre d’échange permettant aux échanges centralisés et décentralisés d’échanger entre eux hors chaîne en utilisant les canaux publics.  

Les composants de l'architecture de Yellow comprennent un échange d'informations financières, qui sert de réseau de relais permettant aux CEX, DEX et autres courtiers d'envoyer des messages facilitant les transactions individuelles entre eux. Le réseau de communication électronique tron la correspondance des ordres d'achat et de vente pour ces participants, tandis que les canaux publics sont ouverts pour faciliter l'échange rapide d'actifs hors chaîne. trac intelligent de gouvernance pour couvrir le solde de tous les traders qu'il envisage de faire.

Yellow offre à de nombreuses parties un moyen de s'engager dans des échanges à volume élevé avec une finalité immédiate, avec ses canaux étatiques facilitant l'évolutivité en réglant uniquement « l'état » final, ou le solde à la fin d'une chaîne de transactions, sur la blockchain lorsqu'elle est fermée. En utilisant les canaux d'État, régis par l'architecture de Yellow, les bourses peuvent essentiellement effectuer un nombre illimité d'échanges d'actifs entre chaînes sans surcharger les blockchains sous-jacentes. Étant donné que la transaction finale est enregistrée sur la blockchain, le système reste aussi sécurisé que la blockchain elle-même.  

Au sein d'un canal public, chaque transaction individuelle est signée par les deux parties et réglée immédiatement, hors chaîne, avec un trac intelligent gardant une trac du solde. Pour fermer un canal, tous les participants doivent signer la transaction finale avant que la somme de toutes ces transactions ne soit vérifiée par la blockchain.  

La beauté des chaînes d’État est que chaque message contient quelque chose appelé « nonce », qui peut être considéré comme un horodatage. Grâce aux noms occasionnels, le trac intelligent peut comprendre l'ordre chronologique dans lequel chaque message, signé par toutes les contreparties, a été envoyé. Le trac intelligent réglera toujours l'état en fonction du message final signé par tous les participants au sein du canal. Cela évite tout acte déloyal, tel qu'une partie tentant de fermer le canal d'État avec un message antérieur qui ne reflète pas le véritable solde de toutes les transactions.  

Évolutivité infinie

En utilisant les canaux d'État comme infrastructure de couche 3, Yellow Network promet de transformer les échanges d'actifs numériques entre les échanges cryptographiques en fournissant l'interopérabilité inter-chaînes rapide dont ils ont besoin pour effectuer des transactions en temps réel. 

Le réseau fonctionne indépendamment des blockchains sous- dent , ce qui leur permet d’évoluer à l’infini. De cette manière, Yellow peut potentiellement traiter des millions, voire des milliards de transactions individuelles chaque heure de chaque jour, pour n’importe quelle plateforme blockchain. Il a créé l’infrastructure nécessaire pour faire du trading inter-chaînes à haute fréquence une réalité pour chaque bourse, et avec cela, la crypto a enfin la capacité d’être adoptée par le grand public.  

Clause de non-responsabilité. Les informations fournies ne sont pas des conseils commerciaux. Cryptopolitan.com décline toute responsabilité pour les investissements effectués sur la base des informations fournies sur cette page. Nous tron vivement dent recherches indépendantes et/ou de consulter un professionnel qualifié avant de prendre toute décision d'investissement.

Lien de partage:

Michée Abiodun

Micah est un passionné de crypto avec une compréhension aussi tron de l'industrie de la crypto et de son potentiel pour façonner l'avenir. Ingénieur chimiste axé sur les résultats (avec une spécialisation dans le domaine de l'ingénierie des procédés et de la conception de tuyauterie), Micah visualise et articule les détails complexes des écosystèmes blockchain. Pendant son temps libre, il explore divers intérêts, dont le sport et la musique.

Restez au courant de l'actualité crypto, recevez des mises à jour quotidiennes dans votre boîte de réception

Nouvelles connexes

cryptopolite
Abonnez-vous à CryptoPolitan