Chargement...

Le partenariat de Microsoft avec Mistral AI sous le contrôle des députés verts

Dans cet article :

  • Les députés verts soulèvent des préoccupations éthiques concernant l'accord Mistral AI de Microsoft d'une valeur de 15 millions d'euros, sollicitant un examen minutieux de l'UE sur la transparence et les conflits d'intérêts dans les négociations sur la loi sur l'IA.
  • Le gouvernement français nie avoir eu connaissance de l'accord Mistral-Microsoft, suscitant des problèmes de transparence au milieu des liens avec le conseil d'administration de Mistral.
  • Les investissements de Microsoft dans l'IA suscitent des inquiétudes quant à sa position dominante, alors que les députés européens expriment leurs inquiétudes quant aux investissements insuffisants dans l'infrastructure cloud européenne.

La récente collaboration stratégique de Microsoft avec Mistral AI, une start-up française, a sonné l'alarme parmi les députés européens quant à l'influence des Big Tech dans la région. Mardi, la Commission européenne a annoncé son intention d'enquêter sur le partenariat, qui comprend un investissement de 15 millions d'euros dans Mistral AI. Microsoft a obtenu une petite participation et a intégré les modèles d'IA de Mistral dans la plateforme de cloud computing Azure de Microsoft.

Même si la concurrence constitue un objectif naturel dans de tels partenariats, les députés verts exhortent la Commission européenne à se pencher sur les aspects éthiques de l'accord. Dans une lettre adressée à la Commission, ils demandent une enquête sur d'éventuels conflits d'intérêts et problèmes de transparence liés aux activités de lobbying de Microsoft et de Mistral.  

Kim van Sparrentak, député européen néerlandais des Verts, a souligné les efforts de lobbying intensifs déployés par Microsoft et Mistral lors des négociations sur la loi européenne sur l'IA, soulevant des questions sur le moment où les entreprises ont entamé des discussions sur leur partenariat.

Les négociations sur la loi européenne sur l’IA ont débuté en novembre de l’année précédente, avec divers membres de l’UE, dont la France, plaidant pour un assouplissement des règles afin de protéger les entreprises open source comme Mistral. ont été soulevées quant à savoir si Mistral était en pourparlers avec Microsoft Michelangelo Baracchi Bonvicini, président dent l'Institut AI4People, a exprimé son scepticisme quant à la possibilité qu'un partenariat aussi important se concrétise d'ici un mois.

Dynamique du lobbying Les rôles de Microsoft et Mistral en question

Un aspect clé sous surveillance concerne les activités de lobbying de Microsoft et de Mistral. Selon le député européen van Sparrentak, Microsoft et Mistral faisaient activement pression, concentrant leurs efforts sur le Conseil européen. Le timing de ces activités de lobbying concernant l’annonce du partenariat est désormais un point central pour les députés européens, se demandant s’il y a eu des discussions non divulguées au cours des étapes cruciales des négociations sur la loi sur l’IA.

Le PDG de Mistral, Arthur Mensch, a évoqué sur les réseaux sociaux ce qu'il a qualifié d'« interprétations créatives » de l'accord, affirmant que Mistral est une entreprise européenne dent avec des ambitions mondiales. Cependant, des inquiétudes persistent quant à la transparence de l’accord et à l’influence potentielle des activités de lobbying sur la loi européenne sur l’IA.

L’implication du gouvernement français ajoute un autre niveau de complexité à la situation. L'ancien secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, qui siège au conseil d'administration de Mistral, entretient des liens étroits avec le gouvernement français. L'eurodéputé van Sparrentak se demande si le gouvernement français était au courant de l'accord avant les négociations sur la loi sur l'IA.  

Un porte-parole du ministère français des Finances a affirmé ne pas avoir été informé à l'avance du partenariat, le considérant comme une source de fierté plutôt que comme une tentative d'influencer la loi sur l'IA en faveur de Mistral.

La domination de Microsoft et les préoccupations européennes

Les investissements massifs de Microsoft dans l'IA, y compris son investissement substantiel dans OpenAI, ont suscité des inquiétudes quant à son influence croissante sur le marché. L'eurodéputée van Sparrentak a exprimé ses inquiétudes quant à la domination de Microsoft, soulignant l'absence d'investissements dans l'infrastructure cloud en Europe.  

Certains, cependant, se concentrent davantage sur des considérations éthiques que sur des préoccupations concernant la souveraineté européenne, soulignant l’importance de savoir si l’IA adhère aux règles établies plutôt que par son origine géographique.

Alors que le partenariat de Microsoft avec Mistral AI est soumis au contrôle de la Commission européenne, les questions concernant le calendrier des discussions, les activités de lobbying et la sensibilisation du gouvernement restent sans réponse. L’enquête mettra probablement en lumière les subtilités du partenariat et ses implications potentielles pour l’évolution du paysage de l’IA en Europe.

Clause de non-responsabilité. Les informations fournies ne sont pas des conseils commerciaux. Cryptopolitan.com décline toute responsabilité pour les investissements effectués sur la base des informations fournies sur cette page. Nous tron vivement dent recherches indépendantes et/ou de consulter un professionnel qualifié avant de prendre toute décision d'investissement.

Lien de partage:

Les plus lus

Chargement des articles les plus lus...

Restez au courant de l'actualité crypto, recevez des mises à jour quotidiennes dans votre boîte de réception

Nouvelles connexes

Comment le modèle d'IA en tant que service peut-il bénéficier à votre nouvelle application ?
cryptopolite
Abonnez-vous à CryptoPolitan