Chargement...

Des conversations basées sur l'IA avec l'art dévoilées au Musée des Beaux-Arts de Gand

TL; DR

  • Le Musée des Beaux-Arts de Gand est pionnier dans les conversations sur l'IA avec les peintures, à commencer par « L'étable » de Jenny Montigny.
  • La technologie d'IA de Lean Mean Learning Machine permet aux visiteurs de poser des questions sur l'art, depuis les antécédents de l'artiste jusqu'aux concepts matic .
  • MSK prévoit d'élargir l'initiative en introduisant un deuxième tableau, « Femme assise à la fenêtre » de Rik Wouters, pour des dialogues interactifs.

Dans une démarche pionnière, le Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK) a adopté l'intelligence artificielle (IA) pour donner vie aux peintures grâce à des conversations interactives. Menée par les spécialistes locaux de l’IA Lean Mean Learning Machine, l’initiative marque un pas important dans la fusion de la technologie et de l’art. La première pièce, « The Cattle Shed » de Jenny Montigny, invite les visiteurs à engager un dialogue, offrant une expérience muséale unique et immersive.

Conversation avec « l’étable »

L'approche innovante de Lean Mean Learning Machine consiste à placer une petite boîte équipée d'un bouton et d'un microphone devant le tableau choisi. Les visiteurs peuvent appuyer sur le bouton et poser des questions sur l’œuvre d’art, recevant des réponses générées par l’IA via des boîtes à son intégrées à l’appareil. Le tableau inaugural, « L'étable », représentant la femme d'un agriculteur, devient un interlocuteur, transcendant les frontières traditionnelles de l'appréciation de l'art.

Madeleine Descamps de MSK explique la genèse du projet : « Nous avons été approchés par Lean Mean Learning Machine, qui cherchait à intégrer l'IA dans un environnement muséal. Le fait de voir des initiatives similaires à l’étranger et des intérêts coïncidants a rendu la collaboration opportune et appropriée. Cette initiative révolutionnaire place la Belgique à l’avant-garde des expériences culturelles infusées par l’IA, faisant de MSK un pionnier dans l’adoption des avancées technologiques.

La portée des enquêtes est vaste ; des questions sur l'artiste Jenny Montigny aux discussions sur le style du tableau, en passant par des curiosités matic comme le nombre pi. La polyvalence du système d’IA garantit qu’aucune question ne reste sans réponse, créant ainsi un espace inclusif et interactif pour les passionnés d’art.

Une nouvelle dimension dans l'appréciation de l'art

L'intégration de l'IA dans les expositions de MSK fait partie d'une stratégie plus large visant à impliquer le public de manières diverses et dynamiques. « Nous reconnaissons que les gens absorbent les informations différemment des méthodes traditionnelles. Cette interaction basée sur l’IA nous permet de comprendre ce que les visiteurs souhaitent savoir sur l’art, enrichissant ainsi leur expérience muséale », note Descamps.

Le succès du projet pilote est dent dans la réponse enthousiaste des visiteurs, indiquant une voie prometteuse pour de futures collaborations entre l'art et la technologie. Le Musée des Beaux-Arts de Gand entend élargir cette initiative et prévoit d'introduire prochainement un deuxième tableau, « Femme assise à la fenêtre » de Rik Wouters, dans sa programmation interactive.

Élargir la conversation : « femme assise à la fenêtre »

Le prochain ajout à la série de conversations basée sur l'IA au MSK, « Femme assise à la fenêtre » de Rik Wouters, promet d'élever l'expérience interactive. Les visiteurs auront l'occasion de poser des questions directement à la femme représentée, ce qui leur permettra de mieux comprendre le point de vue de l'artiste et les nuances du tableau. Cette extension du projet renforce l'engagement de MSK à adopter les avancées technologiques pour améliorer l'appréciation de l'art.

À mesure que l’initiative prend de l’ampleur, l’approche pionnière de MSK met en évidence le potentiel de l’IA pour remodeler la dynamique entre l’art et l’engagement du public. L'intégration transparente de la technologie dans le cadre muséal élargit non seulement les horizons de l'appréciation de l'art, mais positionne également MSK comme un pionnier dans le paysage en évolution des expériences culturelles.

Clause de non-responsabilité. Les informations fournies ne sont pas des conseils commerciaux. Cryptopolitan.com décline toute responsabilité pour les investissements effectués sur la base des informations fournies sur cette page. Nous tron vivement dent recherches indépendantes et/ou de consulter un professionnel qualifié avant de prendre toute décision d'investissement.

Lien de partage:

Editah Patrick

Editah est une analyste fintech polyvalente avec une compréhension approfondie des domaines de la blockchain. Autant la technologie la fascine, autant elle trouve l'intersection de la technologie et de la finance époustouflante. Son intérêt particulier pour les portefeuilles numériques et la blockchain aide son public.

Les plus lus

Chargement des articles les plus lus...

Restez au courant de l'actualité crypto, recevez des mises à jour quotidiennes dans votre boîte de réception

Nouvelles connexes

IA
cryptopolite
Abonnez-vous à CryptoPolitan